3 leviers pour développer son entreprise sans risque

1606

Le cimetière du business est plein d’entreprises qui avaient un carnet de commandes bien rempli.
Le piège est très souvent de grossir trop vite. Selon une étude du Groupe BPCE, 2e groupe bancaire en France, les dirigeants de PME partagent cette crainte.

Voici 3 leviers pour grandir vite… mais bien.

Près de 70% des dirigeants ont comme principal objectif de consolider leur entreprise et stabiliser son profil financier. Ceci prévaut pour eux sur l’investissement, pourtant nécessaire au futur développement de leur entreprise.
En effet, l’étude du Groupe BPCE constate ce phénomène concernant la croissance des PME et ETI françaises.
Pour la Banque de France cette fois, il s’agit du ratio d’endettement sur fonds propres des PME entre 1999 et 2013 qui a baissé de 50%.

Plus de 45 % des dirigeants d’entreprise estiment que leur entreprise est dans une séquence de croissance. Ils estiment aussi que cette croissance représente un risque important voire vital pour leur entreprise.
Ces dirigeants identifient des risques comme :
– la fragilité de la trésorerie (faible niveau du cash flow disponible malgré des commandes en cours),
– l’évolution de l’organisation due en partie à la transition numérique,
– la distance du dirigeant par rapport au terrain et les équipes…

Il est paradoxal de noter que les entreprises résistent bien mieux lorsqu’elles sont en situation d’hypercroissance. C’est à dire une croissance annuelle de plus de 20% de :
– leur EBE (Exédent Brut d’Exploitation),
– ou de leur masse salariale
– ou de leur niveau de valeur ajoutée

Sur la base du rapport de la BPCE, voici trois leviers pour développer son entreprise avec plus de sécurité économique et financière.

Misez sur une croissance qualitative

Près des 2/3 des chefs d’entreprises pensent « hausse du chiffre d’affaires » et presque autant pensent « hausse du résultat net » lorsqu’on leur parle de croissance de leur entreprise.
Cette vision comptable du développement de son entreprise est quelque peu limitée. Bien-sûr une entreprise sans chiffre d’affaires et sans résultat net positif est en situation dangereuse. Mais d’autres indicateurs sont tout aussi important à prendre en compte comme :
– Comment se sentent les équipes dans l’entreprise ?
– Comment sont perçus les services par les clients ?
– Le bon produit et le bon service sont-ils au bon prix ?
– L’entreprise est-elle suffisamment offensive pour gagner des parts de marché ?
– L’entreprise a-t-elle assez de vigilance pour détecter les signaux faibles du marché ?

Utilisez la conquête par l’ouverture

Il y a un lien évident entre le niveau de compétitivité de l’entreprise et sa capacité à développer des synergies et interactions qualitatives. L’entreprise doit raisonner et travailler en réseau. Ainsi les contraintes que peuvent apporter la taille critique peut être dépassée. Car le réseau permet :
– d’engager des échanges
– d’améliorer des ressources clés
– de favoriser l’innovation et sa diffusion à travers différents secteurs

Pourtant les ETI et PME déclarent :
– pour 1/3 coopérer avec d’autres.
– pour 1/4 avec de grandes entreprises
– pour 1/4 avec des collectivités territoriales
– et seulement 14 % de coopération lorsque l’entreprise se trouve dans un pôle de compétitivité.

Plus que l’innovation… l’innovation

Les dirigeants d’entreprise ont souvent une vision caricaturale de l’innovation. Ils pensent que l’innovation est dépôt de brevets, budget R&D,..
L’innovation peut se trouver dans bien des domaines comme :
– faire évoluer son organisation avec de nouveaux process
– aborder la transition numérique et énergétique
– revoir la différenciation de ses produits
– …

L’innovation doit aussi s’inscrire dans la façon de gérer l’entreprise : L’innovation n’est pas une charge, mais l’assurance d’un avenir pour l’entreprise. On doit chercher à réduire les charges et à développer l’innovation.

La vision des entrepreneurs et dirigeants d’entreprises change. Ils prennent conscience que l’innovation et son développement, l’intégration de nouveaux savoir-faire, deviennent prioritaires. Il est tout à fait possible dans certaines situations d’être positionné sur une niche et de ne pas en sortir, mais le dirigeant ne peut pas être statique et ne pas innover. Sinon, c’est mettre en péril l’avenir de l’entreprise.

Et vous, entrepreneurs, dirigeants, cadres, pensez-vous bien utiliser ces 3 leviers ?

Franck de CREER-GAGNER | Pour les entrepreneurs aventuriers et passionnés
www.creer-gagner.com | contact@creer-gagner.com
Abonnez-vous à la Chaîne Youtube
Rejoignez-nous sur Facebook et sur Linkedin

A lire aussi :
– Gagner sa vie sur Internet en 7 actions
Coworking, c’est quoi ?
– Le client ne veut pas parler à un robot
Innovation, le modèle israelien
Innovation, Comment financer ?
– Facile d’entreprendre en Angleterre
– Business plan, 70 questions pour le réussir
– Business Plan, comment le construire ?