petite entreprise

Sur Créer-Gagner, je parlons souvent de small Business ou de petites entreprises. Mais qu’est-ce qu’une petite entreprise ? Cela semble simple, mais en fait, il peut y avoir plusieurs définitions autour de la petite entreprise. Cela peut aller d’un entrepreneur web solo jusqu’à une entreprise de plusieurs millions d’euros. La taille de l’entreprise est une donnée importante pour savoir se situer, savoir positionner son projet et est-ce qu’on a vraiment envie de créer une small business ?

Pourquoi commencer par une définition plus claire de la petite entreprise ? En quoi est-ce important ? Eh bien, lorsque vous regroupez les différents types de sociétés qu’on veut mettre dans la même définition de la petite entreprise, cela peut conduire à beaucoup de confusion. Vous pouvez lire cet article en pensant être destiné à un type d’entreprise, alors qu’en fait, l’avis de l’auteur portera sur les entreprises beaucoup plus grandes et cela ne fonctionnera pas pour vous. Vous ne verrez pas le rapport avec votre entreprise qui est sûrement différente.

Donc, dans cet article, je vais essayer d’apporter une plus grande clarté à la question de la taille des petites entreprises. Premièrement, je vais aborder certaines définitions “officielles” de la petite entreprise ou Small Business. Puis quelques définitions alternatives, et je vais vous proposer une définition de mon point de vue de la petite entreprise.

Enfin, je vais vous expliquer en détail pourquoi la définition est importante, et quelles sont les implications pour votre entreprise.

Donc, si vous êtes prêt, allons nous plonger dans ces définitions !

1. Qu’est-ce qu’une petite entreprise ?

OK, cassons le terme “small business” ou “petite entreprise”. La partie “business” de la définition est assez simple. Fondamentalement, si vous fournissez des biens ou des services aux clients, vous êtes une entreprise. Les entrepreneurs individuels sont également un type d’entreprise. Si vous produisez de la valeur pour vendre, alors, vous êtes une entreprise.

Le problème vient quand nous essayons de définir “petit”. Que qualifie-t-on de “petit” ?

Habituellement, la définition de taille est basée sur le nombre d’employés ou le montant de chiffre d’affaires que vous faites, ou peut-être les deux. Parfois, il est également basé sur la taille des actifs du bilan de l’entreprise.

Voici quelques exemples de la façon dont cela fonctionne :

En Angleterre
Une petite entreprise est définie en Angleterre par la Companies Act 2006 par les critères suivants :
– Un C.A. annuel ne dépassant pas £ 6,5 millions
– Un total des actifs du bilan inférieur à £ 3,26 millions
– Pas plus de 50 employés

Une entreprise doit répondre à ces 3 critères pour être considérée comme une small business. Mais, comme vous pouvez le voir, les niveaux sont assez élevés. Nous pourrions en déduire que la plupart des entreprises sont considérées comme “petite”.

En Australie
Pourquoi l’Australie ? Parce qu’il existe une définition différente utilisée par les structures gouvernementales. La Commission australienne des valeurs mobilières et des placements définit une «Small Business» comme ces trois caractéristiques :
– Des revenus annuels de moins de 25 millions de dollars
– Moins de 50 salariés à la fin de l’exercice
– Un actif brut consolidé de moins de 12,5 millions de dollars à la fin de l’exercice.

L’Australian Taxation Office fonde la définition principalement sur les revenus avec un seuil de 2 millions de dollars. Fair Work Australia (Organisme de conseil et d’informations) s’appuie sur la masse salariale : une Small Business compte moins de 15 employés.

Ces définitions sont en dollars australiens, mais elles sont encore assez élevées, non ?

Aux États Unis
Aux États-Unis, les choses sont un peu plus compliquées et pourtant ils sont du genre pragmatique en général. L’Administration des États-Unis utilise les revenus et/ou le nombre d’employés pour définir une Small Business, mais elle applique des normes différentes dans différentes industries, de sorte que cela produit un énorme tableau de 46 pages de normes, de taille pour divers types d’entreprises.

Autre point, les exploitations agricoles américaines, les “Farms”, sont qualifiées de Small Business si elles font moins de 750 000 $ par an. Mais pour les services de conception graphique comme une agence de communication ou de webdesign, la norme est dix fois plus élevée : 7,5 millions de dollars.

Il peut même varier au sein d’une même industrie : si vous êtes un traiteur, la limite est de 7,5 millions de dollars, mais pour un “entrepreneur du secteur alimentaire”, c’est énorme 38,5 millions de dollars. Et certaines définitions sont basées sur le nombre d’employés – souvent avec des limites de 1000 employés ou même plus.

Mais le critère le plus souvent utilisé est le nombre d’employés :
– Les petites entreprises sont généralement définies comme des organisations comptant moins de 100 employés.
– Les entreprises de taille moyenne sont les organisations comptant de 100 à 999 employés.

Le deuxième critère le plus souvent utilisé pour définir le marché des PME est le revenu annuel :
– Les petites entreprises sont habituellement définies comme des organisations ayant moins de 50 millions de dollars de recettes annuelles.
– Les entreprises de taille moyenne sont définies comme des structures qui réalisent plus de 50 millions de dollars, mais moins de 1 milliard de dollars de recettes annuelles.

Et là vous vous dites : « Attendez ! Ce ne sont pas de petites entreprises. Un millier d’employés, et des millions de dollars de recettes ? Ce sont de grandes entreprises.

Je suis d’accord. C’était aussi ma réaction. Mais du point de vue des grandes organisations gouvernementales, quelques millions de dollars peuvent sembler “petits”. Alors pour le reste d’entre nous, ces définitions n’ont pas beaucoup de sens. Si je vous demande de penser à une petite entreprise, je doute que vous pensiez à des entreprises de plusieurs millions de dollars ou d’euros. Vous aurez probablement penser à une petite boutique ou un bureau avec un certain nombre d’employés que vous pouvez compter sur les doigts d’une mains et les revenus que vous pouvez compter de ce qui reste dans le “pipe” à la fin de la journée.

2. Les articles de Créer-Gagner

La plupart des articles ou des formations de Créer-Gagner s’adressent à des personnes qui ont déjà créé ou travaillent dans une petite entreprise, plutôt orientée web, ou dans une startup – et à ceux qui aspirent à le faire.

Lorsque nous pensons à une petite entreprise, nous ne pensons pas que des millions d’euros et des milliers d’employés non plus. Donc, la plupart de nos articles sont destinés aux petites entreprises comme on les envisage en France par exemple. Généralement, cela sous-entend des entreprises avec une à cinq personnes. Par contre je ne parle pas des micro-entreprises qui correspondent à l’évolution du statut de l’auto-entrepreneur.

Cela signifie-t-il que si votre entreprise emploie six personnes, nos conseils ne s’appliqueront pas ? Bien sûr que non. En fait, beaucoup de nos articles, infos et formations peuvent également s’appliquer à des entreprises un peu plus grandes, disons jusqu’à 20 personnes. Et nous avons également des tutoriels visant spécifiquement les start-ups à forte croissance.

Je ne partage pas mon expérience en fonction du montant du chiffre d’affaires, mais je rédige des articles pour les entrepreneurs et futurs entrepreneurs de toutes tailles et tout domaine. Ensuite si vous réalisez plusieurs millions d’euros, vous m’intéressez 😉

3. Pourquoi la définition de taille importe-t-elle ?

La taille des petites entreprises est à prendre en compte parce que chaque fois que vous mélangez des types très différents de choses dans un même seau, vous obtenez des résultats douteux.

Pensez-y en termes de finances personnelles. Le genre de conseils qui fonctionne pour les millionnaires ne fonctionnera tout simplement pas pour un jeune tout droit sorti d’une école de commerce avec un prêt étudiant à rembourser et vice versa. Les deux personnes ont des situations très différentes et des besoins différents. Le diplômé aura besoin d’aide pour le remboursement et la gestion de sa dette, alors que le millionnaire veut des informations sur les meilleures opportunités d’investissement et la façon d’optimiser sa fiscalité.

Il en va de même pour les entreprises. Si vous êtes vraiment une petite entreprise, avec peut-être pas d’autres employés que vous, vos besoins sont très différents de ceux d’une entreprise établie qui emploie des dizaines de personnes et fait des millions d’euros.

Donc, vous devez prendre du recul par rapport à tout ce que vous lisez. Pendant que j’écris ceci, de nouvelles enquêtes sur les petites entreprises ont été diffusées ces deux derniers jours. Un sondage de BNP Paribas montre que l’optimisme des petites entreprises est en hausse, et un sondage de la BPI montre que les femmes ayant crée de petites entreprises sont plus optimistes que les hommes sur les perspectives de revenus et de croissance.

Mais lisez les entre les lignes et vous verrez que BNP Paribas pense qu’une petite entreprise a «des revenus annuels allant jusqu’à 3 millions d’euros», et la BPI va «pour un revenu annuel compris entre 100 000 € et 4 999 999 € et emploie entre 2 et 99 personnes».

Les décideurs prêtent attention aux sondages comme ceux-ci. Ils les utilisent pour savoir ce que les petites entreprises pensent pour décider quelles politiques commerciale à mettre en place. Ils peuvent penser que l”optimisme des petites entreprises est en hausse, alors elles se portent bien, donc ils vont pouvoir les endetter davantage en leur accorder d’autres prêts. Alors que c’est sûrement plus durant les périodes difficiles que les entreprises ont besoin de fonds.

Le critère de taille des entreprises est aussi souvent utilisées pour décider qui est admissible aux prêts à taux zéro ou des subventions pour les petites entreprises ou à d’autres sources de financement. Donc, vous pourriez faire appel à des financements pour votre entreprise et être surpris de vous retrouver en concurrence avec des entreprises beaucoup plus grandes. Vous pourriez trouver d’obtenir ces prêts, parce que vous n’avez pas le bilan financier que les entreprises plus établies peuvent montrer.

4. Comprendre ce qui est bon pour votre entreprise

Étant donné les définitions des petites entreprises que nous venons de voir, il est important de prendre avec précaution ce que vous pouvez lire ici et là au sujet des petites entreprises, sauf si vous êtes au clair sur ce que l’auteur désigne par “petite entreprise”. Sinon, vous pourriez orienter vos décisions sur ce qui est bon pour une entreprise beaucoup plus grande, ce serait dommage de se tromper.

Il est intéressant de bien analyser votre position et celle de votre entreprise, afin que vous compreniez ce qui est bon pour vous. Ces questions sont un bon point de départ :
– Quels sont vos objectifs ?
– Comment définissez-vous le succès ?
– Avez-vous pour objectif une croissance élevée et durable ?
– Dans quelle mesure êtes-vous à l’aise dans la prise de risques ?
– Êtes-vous prêt financer la croissance de votre entreprise par de l’endettement, par l’ouverture du capital ou préférez-vous l’autofinancement ?
– Pensez-vous à l’investissement extérieur ou voulez-vous maintenir une indépendance totale ?
Il y a beaucoup plus que vous pouvez faire pour découvrir le potentiel de votre entreprise et définir vos objectifs plus clairement.

Lorsque vous aurez une idée claire de la proposition de valeur de votre entreprise et que vous serez en mesure de fixer des objectifs aussi clairs, vous serez plus en mesure d’analyser les conseils et les articles que vous voyez en ligne. Utilisez l’auto-analyse comme un prisme pour affiner et filtrer les informations que vous avez recueillies.

Conclusion

Comme vous l’avez lu, lorsque nous parlons de petites entreprises, le sens peut varier considérablement. Et en parlant de choses finalement différentes, nous risquons de prendre un chemin différent et de nous tromper. Donc si vous n’êtes pas clair sur les définitions de taille et de notion de petites entreprises, vous pourriez finir par suivre les conseils destinés à des structures complètement différents de votre société.

Dans cet article, vous avez vu comment différents pays ont une vision différentes de la petite entreprise. Vous avez également vu pourquoi la définition de la petite entreprise importe, et comment vous pouvez aussi être plus clair sur vos propres objectifs stratégiques et commerciaux afin d’être sûr que tout conseil lu est approprié à vous, votre projet et votre entreprise.

franck brunet strago créer gagner
Franck de CREER-GAGNER
Pour les entrepreneurs aventuriers et passionnés
Abonnez-vous à la Chaîne Youtube
Rejoignez-nous sur Facebook et sur Linkedin