Les 5 clés de réussite d’une startup

681

5-cles-succes-startup-450-450

Entreprendre c’est apprendre et découvrir. Une de mes plus grandes surprises est lorsque j’ai découvert et compris ce qui fait qu’une entreprise réussit, quels sont les facteurs qui comptent vraiment pour le succès d’une startup.

Aux Etats-Unis, les startups sont souvent créées pour changer le monde. Je pense qu’il s’agit d’un levier les plus efficaces pour améliorer le monde dans lequel nous vivions tous ensemble.
Qu’est-ce qu’une startup au fond ? C’est un groupe de personnes qui se réunissent autour d’une même motivation, une très forte motivation et ils s’organisent pour utiliser et développer leur potentiel individuel en une seule et même entité : La startup.

Dans ce type d’aventure, il peut y avoir de véritables révélations personnelles et collectives autour de ce qui est accompli par ce groupe d’individus. Des choses extraordinaires sont accomplies par des startups.
Je me suis donc demandé pourquoi ce groupe extraordinaire de personnes extraordinaires échoue si souvent. C’est ce point qui m’a toujours posé question et que je voulais éclaircir. Je voulais connaître les facteurs les plus importants qui fait le succès d’une startup et figurez-vous qu’apparemment je ne suis pas le seul à chercher des réponses à ces questions.

J’ai donc évidemment commencé ma recherche par les clichés, les raccourcis qu’on trouve dans beaucoup d’entreprises et auprès de ceux qui n’ont jamais entrepris pour arriver à une démarche méthodique. Cette étape m’a permis déjà de m’adresser aux bonnes personnes : Pas les managers d’équipes dans les entreprises, pas les dirigeants qui ont un mandat de gouvernance décerné par un conseil d’administration. Non, je me suis adressé aux plus concernés : Les entrepreneurs et créateurs de startups. J’ai interrogé ceux qui ont connus des échecs et des succès. Finalement j’ai plus appris auprès de ceux qui avaient connus un échec car, eux, ont su identifier ce qui n’a pas fonctionné et ce qu’ils auraient dû faire. C’est la raison pour laquelle aux Etats-Unis, les business angels apprécient ceux qui ont d’abord échoué.
Un entrepreneur qui réussit du premier coup le lancement et le développement de sa startup, je lui dis bravo, mais je lui dis aussi qu’il est en danger. En danger de ne pas avoir échoué, de ne pas être viscéralement sur ses gardes.

La première remarque que je me suis fait est que l’idée du projet est le point de départ. C’est là que tout commence bien-sûr. Au début de ma carrière d’entrepreneur, je pensais que tout était dans l’idée. Mais avec l’expérience et le temps, j’ai commencé à penser différemment ou plutôt à penser plus loin. Je suis dit que peut-être que les Hommes, l’équipe a aussi son importance. Pour finir j’ai pensé que l’équipe, l’exécution et l’adaptation comptaient plus que l’idée en elle-même.
Je n’aurais jamais pensé citer un jour le boxeur Mike Tyson . Il a dit cette phrase qui résume beaucoup de choses : « Tout le monde a un plan, jusqu’à ce qu’il se prenne un coup de poing. ». Je crois bien volontiers que la qualité du groupe qui compose la startup et l’exécution de la stratégie représente en fait la capacité à éviter le coup de poing qui vient. Cela peut au moins permettre de s’adapter.

Ensuite je me suis intéressé au business model. Comment l’entreprise génère de la valeur et comment le client la perçoit ? Comment établit-elle sa rentabilité. Je me suis alors dis que le business model était l’élément le plus important.

Est venu après le point du financement. Certaines entreprises lèvent d’énormes financements. Peut-être est-ce le plus important alors ?

Vient après bien sûr, le timing. L’idée est-elle trop en avance ? Répond-elle à un besoin ou en crée-t-elle un ? Est-ce que l’idée rencontre l’adhésion ou est-elle considérée comme trop en avance ?

J’ai tenté de mettre sur la table ces cinq éléments. J’ai sélectionné une cinquantaine d’entreprises de secteurs différents ayant connu un succès comme comme Airbnb, Instagram et Uber ou encore Youtube et LinkedIn. Et d’autres qui ont été des échecs comme Webvan, Kozmo, Pets.com Flooz and Friendster. J’ai appliqué les méthodes qu’on vous enseigne en master recherche ou en doctorat.  J’ai essayé de classer ces entreprises selon tous ces attributs, selon le score que je leur attribuais dans chacune des dimensions. Ces entreprises ont eu de nombreux financements mais n’ont pas réussi. J’ai essayé de regarder quels facteurs comptaient vraiment dans le succès et l’échec de toutes ces entreprises, et le résultat m’a vraiment surpris :
– Le premier facteur était le timing. Le timing comptait pour 42% de la différence entre le succès et l’échec.
– L’équipe et l’exécution venaient en 2ème.
– L’idée, la différentiabilité de l’idée, l’unicité de l’idée, venait en fait en 3ème.

Mais ce ne veut pas dire que l’idée n’est pas importante, mais il était surprenant pour moi que l’idée ne soit pas le plus important. Parfois, ça comptait plus quand c’était vraiment prévu…le fameux plan de Mike Tyson

Les 2 derniers sont le business model et le financement. Il est logique que le modèle économique soit classé aussi bas car on commence souvent avec un business model qui n’est pas éprouvé et qui va être adapté ensuite. Surtout en mode de Lean Startup.
Idem pour le financement. S’il est insuffisant au démarrage mais que vous progressez très vite et très fort, il est alors très simple d’obtenir de nombreux financements.

Maintenant si je fais un focus sur Airbnb que tout le monde connaît. De nombreux investisseurs avisés ont ignoré cette entreprise au début, car on pensait : « Personne ne va louer une pièce de sa maison à un étranger. » Heureusement, ils ont eu tort. Mais l’une des raisons du succès en plus d’un bon business model, d’une bonne idée, d’une exécution géniale, c’est le timing.

L’entreprise s’est lancée au plus fort de la récession quand les gens avaient besoin d’un peu d’argent en plus, et ça a aidé les gens à surmonter leur réticence à louer leur propre maison à un étranger. Vous prenez la même équation de Airbnb et vous la transposez 5 ans avant, c’est trop tôt !

Un autre exemple : Uber est une entreprise et un business model incroyables, une exécution parfaite aussi. Mais le timing était parfait pour les besoin des chauffeurs qui cherchaient à se faire un peu plus d’argent grace à ce système. Citysearch, s’est lancé quand les gens avaient besoin de pages internet. GoTo.com est sorti quand les entreprises cherchaient des moyens rentables d’obtenir du trafic. Nous pensions l’idée géniale, mais en fait, le timing était probablement plus important.

Un autre exemple : Lorsque le fameux problème des codecs a été résolu par Adobe Flash et que la pénétration du haut-débit a augmenté de 50% aux États-Unis, YouTube est arrivé au moment idéal. Super idée et timing incroyable. YouTube n’avait même pas de modèle économique au début. Ce n’était pas du tout certain que ça marche. Mais le moment choisi était vraiment parfait.

Pour conclure, je pense que l’exécution est très importante. L’idée est très importante. Mais le timing l’est sans doute encore plus. Et la meilleure façon d’évaluer le timing est de regarder attentivement si les clients sont vraiment prêts pour ce que vous avez à leur offrir. Et pour être très honnête, ne pas se voiler la face sur les résultats, car quand on aime quelque chose, on veut le mettre en avant, mais vous devez être extrêmement honnête en ce qui concerne le timing.

Je confirme le fait que les start-ups peuvent changer le monde et le rendre meilleur.J’espère que ces idées pourront vous aider à obtenir plus de succès, et ainsi à faire quelque chose pour changer le monde.

Franck de CREER-GAGNER
http://creer-gagner.com