Entreprendre, une affaire de femme

763
femme entrepreneur
femme entrepreneur

femme entrepreneur

Entreprendre et être une femme…

Un récent sondage mené par la Caisse d’Epargne et l’institut BVA concernant la position de la femme vis à vis de entrepreneuriat, a mis en évidence la faible présence de la femme dans le monde entrepreneurial en France : parmi toutes les nouvelles créations d’entreprise, 32% d’entre elles seulement sont initiées par des femmes.

Cette étude a donc été menée auprès de 16 femmes entrepreneures sur la base d’une méthode dite d’incitation douce ou Nudge. S’appuyant sur une approche de l’économie comportementale, elle a 3 principaux objectifs :

  • Collecter le témoignage et le retour d’expérience des femmes qui ont franchi le pas de la création de leur propre entreprise.
  • Déterminer les éléments déclencheurs qui les ont motivés dans cette formidable aventure. Être une femme et franchir le pas de la création d’entreprise.
  • Actualiser et mettre en place les facteurs pouvant encourager un changement comportemental chez les femmes entrepreneures.

Parmi les 16 femmes suivies lors de cette analyse comportementale, 3 d’entre elles ne sont pas allées jusqu’au bout. Cette étude a ainsi permis de mettre en évidence 8 facteurs clés que l’on va aborder un par un dans les prochains paragraphes.

  1. Le parcours de femme

On parle souvent des différentes étapes dans la création d’entreprise comme suit :

  • la génèse du projet ;
  • l’étude de marché ;
  • la mise en place du projet ;
  • la recherche de financement ;
  • la création proprement dite.

Dans la réalité, le cheminement n’est pas aussi linéaire. La recherche d’informations est la partie la plus difficile à gérer pour les femmes entrepreneures. C’est un des principaux facteurs bloquants dans leur démarche de création d’entreprise, car elles ont du mal à trouver les bons interlocuteurs pour leur permettre d’avancer efficacement.

  1. Le soutien de l’entourage

Un des facteurs clés de réussite dans la création d’entreprise pour une femme entrepreneure est l’accompagnement. En ayant tout au long de son cheminement un entourage qui la soutient et l’encourage, elle est plus à même de réussir son projet.

Aussi, la présence d’interlocuteurs qui peuvent lui prodiguer des conseils avisés lui est très utile. L’expertise de professionnels dans le même domaine d’activité peut également s’avérer d’une grande aide.

  1. Le besoin d’encouragement

Tout au long du processus de création de son entreprise, tout entrepreneur a besoin d’indicateurs lui permettant de se situer par rapport à ses propres objectifs. La reconnaissance de ses efforts par quelque manière que ce soit (déblocage de financement, augmentation de la notoriété, etc.) est un facteur de motivation lui permettant d’avancer dans son projet. Et inversement, le fait de n’avoir aucun signe d’encouragement peut s’avérer être un élément de démotivation.

  1. L’organisation

Se lancer dans la création de sa propre entreprise implique un engagement personnel à temps plein. On peut assimiler cette aventure à une course d’endurance, à un marathon. Ce qui signifie qu’il faut ménager ses efforts tout au long du parcours pour terminer jusqu’au bout, jusqu’à la ligne d’arrivée.

Cela implique également un bouleversement plus ou moins important dans son entourage sachant l’énergie et le temps que cela peut accaparer. Si on est issu d’une famille d’entrepreneurs par contre, cela peut sans doute faciliter les choses.

  1. Entrepreneur au féminin et vie de famille

La question se pose forcément : la vie de famille, en tant qu’épouse et mère, est-elle compatible avec l’entreprenariat au féminin ? C’est une interrogation qui se pose encore, malheureusement, aujourd’hui et bien souvent on signifie aux femmes entrepreneures qu’elles auront à faire des sacrifices. On leur fait comprendre notamment qu’elles ne pourront pas assumer les deux rôles et devront faire un choix.

On minimise souvent la capacité des femmes à pouvoir gérer plusieurs tâches. D’autre part, la vie en tant qu’entrepreneur laisse une plus grande liberté d’emploi du temps par rapport à la vie de salarié. La charge de travail est certes plus importante, mais le statut d’entrepreneur facilite l’organisation personnelle par rapport à sa vie professionnelle.

Par rapport au lien mère-enfant, c’est aussi une occasion de renforcer la relation père-enfant ! C’est un nouvel apprentissage dans l’organisation de la vie de famille, mais des solutions existent : aide-ménagère ou nounou pour s’occuper des enfants, etc. Cela vous évitera un stress inutile que vous pouvez tout aussi bien confier à des personnes compétences et de qualité.

Voici quelques astuces pour mieux gérer cette situation :

  • Tout est question d’organisation ! Il faut donc être paré à toutes éventualités, surtout qu’avec les enfants, il y a souvent des imprévus.
  • Accepter ses décisions une fois prises et confier des tâches chronophages autant chez soi qu’à son travail.
  • Ne pas négliger le rôle du papa, qui lui aussi, a sa part de responsabilité dans la répartition des tâches à la maison.
  • Bien veiller à faire une distinction claire entre sa vie professionnelle et sa vie personnelle.

Ne vous en faites pas ! Lorsqu’une femme assume le fait de déléguer certaines tâches chez vous que vos enfants ne réussiront pas. Les études tendent même à démontrer que la maltraitance envers les enfants est plus importante chez les familles où les mères restent au foyer.

Il n’y a donc rien d’incompatible entre le fait d’être une femme, une mère et la création d’entreprise pour une femme. Certaines Dirigeantes d’Entreprises ont même plusieurs enfants, 4, 5 voire 8 pour certaines. Les mamans s’épanouissent ainsi autant dans leur activité professionnelle que dans leur vie de famille. De nouvelles entreprises voient le jour, créant des emplois. Parallèlement à cela, les enfants expriment leur fierté envers leurs mères et sont tout aussi épanouis.

Pour cela il faut faire preuve de :

Courage et choix

Si l’on passe de salarié à femme entrepreneur, il faut parfois accepter d’accomplir des tâches plus basiques. Certaines femmes étaient par exemple directrice commerciale et doivent réduire leur train de vie et parfois sacrifier des vacances.

Sa vision de l’argent

Ne pas avoir de tabou concernant l’argent est important. Il faut savoir ou apprendre à aimer l’argent, aimer en gagner car une entreprise n’est pas une œuvre caritative.

Aboutissement et satisfaction personnelle

Lorsque vous constatez la progression de l’entreprise, de votre création, vous pouvez prendre cela comme une réelle gratification personnelle. Que sa création prend de l’envergure et permette de prendre son envol. Être une femme entrepreneur est une façon de conciler sa vie personnelle et ses aspirations.

N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques, questions ou demandes :
– Via le formulaire > Accédez ici
– ou par email > contact@creer-gagner.com

CREER-GAGNER a le souci d’aider les entrepreneurs qui se lancent dans cette belle aventure. Mais ce chemin ne s’improvise pas. Alors partez armé avec nos formations.

Franck de CREER-GAGNER